Partagez | 
 

 Shane ♣ Rise and shine, little bird

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


« Invité »




MessageSujet: Shane ♣ Rise and shine, little bird    Ven 24 Aoû - 0:32


Rose Shane Morgan

« Don’t only practice your art, but force your way into its secrets, for it and knowledge can raise men to the divine. »

Ft. Freja Beha Erichsen





Intelligente Immature Intelligente Violente Loyale Impulsive Autodidacte



Informations générales

Ω PRÉNOM(S) : Rose, Shane , Ω NOM(S) : Marshall , Ω AGE : 27 ans , Ω LIEU DE NAISSANCE : Utah, USA , Ω COTE COEUR : Crève, raclure , Ω ORIENTATION SEXUELLE : Tout-ce-qui-est-baisable-sexuelle. Bisexuelle pour les non initiés , Ω PARTICULARITÉS : Phytokinésie, habilité à faire pousser et à contrôler les plantes alentour à partir de n'importe quelle base, vitesse variable.
Don qu'elle trouve ridicule au demeurant et qu'elle aurait bien foutu au placard s'il ne s'était pas révélé essentiel.
, Ω SIGNES PARTICULIERS : Shane est sourde de naissance, elle a été appareillée à l'âge de 10 ans. Elle possède plusieurs tatouages faits à des moments précis de sa vie. , Ω TICS & MANIES : De balade toujours avec un sac de graines, d'explosifs et un briquet dans la poche. Boit et fume énormément. , Ω NATURE : Humain à don , Ω CAMP REJOINT : I'm a Legend , Ω PARTI PRIS : Le sien et celui de Lulla. Et le plus offrant.


Caractère

Désordonnée • Immature • S'adapte très facilement (Et non on ne parle pas que de sexe, merci Lulla) • Colérique • Charmeuse • Grossière • Brute • Sympathique • Ouverte • Bruyante • Râleuse • Relativement portée sur l’alcool • Attentive • Impatiente • Inconstante • Provocatrice • Impétueuse • Emportée • Railleuse • Rancunière • Irritable • Sadique • Perverse • Loyale • Cynique • Violente • Autodidacte • Ironique • Protectrice • Possessive • Jalouse • Intelligente • Quasi incapable de montrer son affection • Cinglante • Bavarde • Paradoxale • Impulsive • Joueuse • Puérile • Sans inhibition • Sociopathe

Malentendante de naissance, appareillée à l’âge de 10 ans, partageait son temps entre une école spécialisée et une scolarité normale jusqu’à cet âge • N’apprend que ce qui lui plaît • Se lasse rapidement • Aime le bruit autant que le silence • Coucherait avec tout et tout le monde si ça peut lui donner un maximum de sensation • Boit comme un trou et fume comme un pompier • Pourrait passer des heures à écouter de la musique à plein volume • Adore la musique, joue du violoncelle et de la batterie depuis l’âge de 12 ans • Passionnée d’explosifs depuis petite, elle a toujours un pétard dans la poche quand elle le peut et un briquet • Elle n’a pas de limite et ne s’en laisse pas poser • N’est pas contre la torture de temps à autres • Déteste les fleurs mais... que voulez-vous UU

Trois choses entourent Shane depuis presque toujours. Le silence, les fleurs et la colère. Des deux premiers découlant l'autre, elle s'est toujours fait un devoir de soulever sa voix à la porter de toutes les oreilles. Malentendante de naissance, il lui fallait un moyen de se faire entendre et ce fut vite trouver. Si elle-même ne pouvait entendre, elle ferait néanmoins en sorte d'être écoutée. C'est probablement en cette résolution viciée que le caractère de Shane prend racine, sans mauvais jeu de mot. Ca et la génétique. Sans personne pour lui fixer de limites, elle a fini par considérer qu'il n'y en avait pas et ainsi se construire son propre univers, à elle et à Lulla.
Bien sûr, elle n'est pas sans ignorer que ses gènes ne sont pas innocents dans cette histoire mais jamais ne se cachera derrière l'hérédité, a part, peut-être pour blâmer le monde entier concernant un certain don fort inutile à ses yeux.
Si elle se montre moins "affectée" que sa demi-soeur par les affres de la psychologie, elle n'en reste pas moins particulièrement atteinte. Pour mettre un mot sur leur état mental, certains parleront de sociopathes, psychopathes, autres trucs en -pathes que Shane prend sans s'en formaliser, en même temps, elle n'a pas le choix et s'adaptera toujours parfaitement bien à toutes les dénominations et les situations. Nul besoin de lui rappeler, elle sait. Elle fait avec. Enfin surtout les autres, considérant qu'ils en font les frais.
Elle n'est pas posée, s'emporte pour un rien et a une forte propension à insulter tout ce qui la contrarie mais sous ses grands airs de camionneuse au cerveau atrophié par l'alcool, elle n'est certainement pas stupide (n'en déplaise à Lullaby) et ne tournerait donc pas le dos à sa condition, pleinement acceptée. Shane se passionne pour le bruit et la musique, en bonne autodidacte, elle apprend vite et seule mais ne se penche malheureusement que sur les sujets susceptibles de l'intéresser.
Shane est une hyperactive qui n'a pourtant plus autant besoin d'attention que dans son enfance. Désormais, il y a Lulla et bien qu'elle paraisse totalement reloue à ses yeux, elle n'en est pas moins essentielle. Ne serait-ce que pour compléter la balance, ajouter sa maturité à l'immaturité de Shane. Sa froideur à ses flammes. Et de l'eau pour ses plantes *pan*


Apocalypse now

L'apocalypse, c'est un peu la vie de Shane depuis le début alors franchement, elle ne s'en est pas franchement préoccupée. Ce n'est qu'après un petit road-trip en France pour servir quelques aristocrates débiles friands d'histoires crades et surnaturelles que le tandem mis le pied en plein sur la question. Si le monde s'était noirci, ça n'avait guère changé la vision de Shane, pas plus que celle du duo en général, l'occulte, la mort, les gens courant partout en hurlant, elles côtoyaient déjà de près. Puis leurs dons respectifs les avaient toujours placées dans le club fermé des connaisseurs.
Sauf que désormais, tout le monde était au courant et que chacun tentait vaguement de vivoter dans des camps, ce qui n'était certainement pas du goût des deux soeurs, le terrain de jeu étant nettement moins étendu. Puis elles s'y étaient faites, Shane plus facilement sur certains points, cédant plus difficilement sur la question des denrées qui l'obligeraient à employer son don à chaque fois qu'il serait nécessaire.
Le tandem pris le parti de voyager de camp en camp en temps que mercenaires. Fini le trafic d'organes tout court, bonjour diversification des activités. Leurs talents combinés leur offrant un champ de possibilités relativement étendus, elles se tournèrent vers les échanges de services pour chaque camp intéressé, en gardant un maximum de discrétion. Armes contre denrées, meurtre contre explosifs, ainsi tourne la machine bien huilée en constante évolution, au gré des tendances et des demandes du marché. Parce qu'il faut bien faire fonctionner l'économie.


Once upon a time


« D'une certaine façon, la génétique n'est qu'une mémoire. Celle de notre évolution, incrustée dans notre chair. »
Gène (n.m.)
Du grec genno, qui signifie donner naissance. Elément des chromosomes par lequel sont transmis les caractères héréditaires de l'individu.

Silence. Elle était née dans un silence relatif et feutré, entrecoupé de cris étouffés, de sons brillants et d’un grand vide autour d’elle. L’agitation lui semblait étrangère, lointaine, et elle, elle se sentait absente, hors du monde et du temps tant les étrangers l’effleuraient sans jamais la toucher. Elle s’appelait Rose, un joli nom pour une jolie fleur qui pourtant n’entendrait pas son nom prononcé avant longtemps et s’empresserait d’en changer pour adopter Shane. Ce silence, elle le connaissait bien, il l’enveloppait toujours, la suivait où qu’elle aille sans que personne ne vienne percer sa bulle. Et elle aurait probablement pu continuer longtemps son chemin de la sorte si le karma ne s’en était pas mêlé et s’il ne l’avait pas forcée à la cohabitation.

Elle avait cinq ans la première fois que sa bulle avait été bousculée sans que son inconscient n’accepte le pourquoi. Des pots cassées, des corps qui s’entrelaçaient et se mêlaient dans la chaleur de l’arrière-boutique. Des rires, peut-être. A moins que ce ne soient des cris étouffés. Puis du silence. Toujours. Personne ne se souciait de Shane, au final. Et pourtant elle criait, parlait fort jusqu’à s’en exploser les poumons et ne s’entendait pas. Les adultes ne l’entendaient pas non plus, d’ailleurs. Et Shane avait donc appris à faire sans leur attention et à expérimenter elle-même ce que personne ne voulait lui expliquer en face. Elle apprendrait bien plus tard que ce genre d’expérimentations n’était pas vraiment naturel pour des enfants de son âge. Mais qui s’en souciait vraiment ?
Cinq ans également lorsque, pour la première fois, une marguerite poussa pour cristalliser son chagrin, celui d'être ignorée et rabaissée. Cinq ans lorsque sa mère aperçut le phénomène une deuxième fois et se décida à l'exploiter à ses frais pour faire quelques économies en graines.

C’est à sept ans qu’elle avait fait la rencontre de l’OVNI, responsable en quelques mois de l’éclatement définitif de sa bulle solitaire. L’OVNI était d'un blond roux indéterminé, plus ou moins du même âge et complètement à côté de ses pompes si on en jugeait l’air perdu qu’elle affichait face aux adultes. En un mot, l’OVNI était chiant. Evidemment, personne n’avait pris la peine de signer à Shane les raisons de l’arrivage soudain de cette chose rasoir dans son existence et là encore, elle avait dû tout faire toute seule. Visiblement, l’homme qui accompagnait l’OVNI était leur père commun. Ce qui n’était pas forcément la meilleure des nouvelles. Longtemps elle l’avait observé, épinglant ses traits de son regard sombre, la trouvant franchement inintéressante et lisse. Son regard avait capté les lèvres mouvantes de sa mère et elle s’était un instant attardé sur le ballet hypnotisant des courbes pulpeuses, enregistrant ce qu’elle pouvait du coin de l’œil pour finalement conclure que l’OVNI allait probablement rester longtemps. Très longtemps. Trop peut-être ? Il lui faudrait la tester, savoir de quel bois elle était fait.
D’un signe de l’index, Shane avait attiré la gamine à elle et l’avait menée jusqu’à l’arrière-boutique avant de l’attraper violemment par les cheveux et de lui fourrer sans ménagement la tête sous l’eau. Quelques secondes avaient suffit pour que le cri atteigne ses tympans et instantanément, sa main avait relâché la pression. Un sourire respectueux et plus que rare s’était étalé sur le visage de la petite Shane, annonçant un « Bienvenue dans mon monde » silencieux et une acceptation plus ou moins longue durée de la Chose dans son univers.

Bien que Shane se soit accommodée de la quiétude qui régissait son existence, la frustration de ne pas tout ressentir avait fini par émerger et il ne lui avait pas fallut longtemps pour y remédier. Deux allumettes et de la poudre, trois fusées et le tour était joué. Huit ans à peine, dans le champ du vieux voisin encore plus sourd que Shane (et ce n’était pas peu dire), la gamine avait entraîné l’OVNI chiant à sa suite pour lui montrer ce qu’elle avait appris à faire. Parce que franchement, pour une valide, l’OVNI était encore plus silencieuse qu’elle et ça en devenait carrément rasoir. Enfin, l’OVNI s’appelait Lullaby, mais ça, Shane s’en foutait pas mal, dans l’état actuel des choses, elle aurait tout aussi bien plus s’appeler Face de Cul que ça lui aurait fait un effet similaire. Avec un Attends ici qui se voulait rassurant, Shane avait lâché la main de sa sœur pour mettre littéralement le feu aux poudres. Et rester en plein milieu, histoire de rajouter du piment à l’activité.
Ses doigts lâchèrent l’allumette dont la flamme vint lécher les petites marguerites qui venaient d'apparaître et elle fit deux pas en arrière, pas un de plus, pas un de moins. Doucement, le fin trait noir s’embrasa dans une gerbe d’étincelles et une odeur de soufre s’éleva, lui chatouillant les narines jusqu’à emplir ses poumons de son parfum âcre. Shane ferma les yeux et fourra les mains dans ses poches, attendant la détonation qui tardait à se pointer. Soudainement, ce fut une vibration qui emprisonna tout son être, agita son cœur et lui coupa la respiration. Son tympan vibra et le son se propagea doucement jusqu’à son cerveau, comme un bruit étouffé, un cri au loin. Elle leva les bras en signe de victoire à l’attention de l’OVNI resté là-bas, un immense sourire joyeux éclairant ses traits …

« From the moment we’re born, wer’e put into categories. We spend so much of our lives trying to define ourselves, but the truth is, there’re only two categories: predator and prey. »

Un décor s’esquisse lentement, prenant corps en douceur dans son champ de vision. Il y avait des plantes, des pots, des fleurs et cette odeur capiteuse qui s’insinuait partout, imprégnant jusqu’au tissu du canapé sur lequel la gamine était affalée en compagnie de l’OVNI. Face à elle, la télévision grésillait doucement sans que Shane ne se préoccupe des images qui se mouvaient à l’écran. Entre ses doigts glissait une graine accrochée à un petit pétard rouge qu’elle était fortement tentée d’allumer mais qui aurait probablement provoqué le courroux de la reloue. Et un OVNI en colère, ce n’était jamais très beau à voir. Soudain l’image s’était figée et le portrait d’un homme était apparu, encadré de policiers lourdement armés, le même qui avait déposé la reloue quelques années plus tôt, laissant Shane la volubile sans voix. Encore une fois, elle regrettait de ne pas pouvoir tout entendre. Et de frustration, elle referma le poing d'où s'échappa une petit rose à peine ouverte et attrapa la télécommande pour changer de chaîne.

Cet homme, il n’était pas très intéressant mais il avait laissé deux vestiges intéressant de son patrimoine génétique se balader dans la nature sans que rien ni personne n’en soit conscient à part les principales intéressées et la mère de la plus sourde des deux, de toute façon beaucoup trop droguée à la plante verte et bien trop honteuse pour songer à se manifester.
Accessoirement, en matière de génétique, Shane aurait apprécié que le type lui laisse quelque chose de plus utile. De puis... Cool. Comme Lulla qui faisait des vagues sur commandes. Pratique pour faire du surf. Mais non. Elle, elle faisait pousser des fleurs. Et si sa mère ne se privait pas pour l'exploiter jusqu'à ce qu'elle s'épuise, elle haïssait son don du plus profond de son être, chaque parcelle d'elle hurlant silencieusement pour ne pas exploser. Elle aurait voulu se défendre, qu'on l'écoute et s'exprimer. Mais comme d'habitude, silence, sa mère persistait à épuiser ses ressources et seul comptait l'argent, qui commençait à manquer.

Surtout qu’avec ce type en prison, il allait devenir fichtrement difficile de recevoir la pension alimentaire. Mais d’un autre côté, avouer qu’on avait couché et fait un enfant avec un dégénéré pour $100 par mois, ça ne valait pas vraiment le coup ; surtout si c’était pour utiliser ladite somme afin de nettoyer les graffitis insultants qui s’étaleraient sur sa porte.
La mère de Shane ayant choisi de fermer sa grande boîte à camembert, c’était la Grand-mère qui avait tout naturellement pris la relève pour harceler mentalement les deux enfants et ainsi achever de les rendre totalement infréquentables. Elle les avait mené à l’église, avait vaguement tenté de leur inculquer quelques valeurs biens vite déformées par la vision tout à fait personnelle qu’avaient les deux sœurs. En y repensant plus tard, Shane songera que « La Vieille », comme elles l’appelaient très affectueusement, n’avait pas vraiment fait mal les choses mais qu’elle n’avait pas eu la chance de tomber sur deux sujets faciles, la Shane et la Lulla étant deux spécimens déjà complexes malgré leur jeune âge et évidemment livrées sans mode d’emploi. Mais pas sans piles.

Le cerveau tournant toujours à plein régime, bien que sa nature impatiente tende à faire croire le contraire ou que sa boîte crânienne était toujours désespérément vide, Shane avait développé tout un tas de techniques pour palier au silence qui l’entourait perpétuellement. Pour qu’on la regarde, qu’on lui parle autrement que si elle était débile. Et surtout qu’on arrête de la prendre pour un meuble. Méchanceté gratuite, cris, mauvaise humeur récurrente, tout y passait plus ou moins. Mais il n’y avait guère que Lulla, pour l’instant, pour s’en soucier.

Elle avait dix ans, deux appareils flambants neufs pendus autour de ses oreilles et observait encore le long sillon de soufre s’embraser doucement en direction d’une masse sombre que l’on pouvait identifier comme étant un animal, probablement mort. Il valait mieux pour lui, en tout cas. Un sourire étrangement satisfait se dessina sur ses lèvres fines tandis que les premières étincelles apparaissaient dans un crépitement. Un son brillant, étrange et pourtant agréable, atteignant enfin ses tympans après des années sans qu’elle soit forcée de coller son oreille à la source. Avec dextérité, elle fit jouer le volume autour de ses oreilles et retourna à son univers de quiétude en quelques secondes. Cinq. Ses yeux se portèrent sur la fine mèche qui se consumait lentement et elle fit volte-face pour rejoindre Lullaby, bien occupée à apprendre à nager à quelques chatons. Quatre. En quelques foulées, les mètres qui la séparaient de sa sœur furent avalés. Trois. Elle la fixa brièvement, cette tête d’ampoule un peu chiante mais divertissante. Il n’y avait qu’elle pour écouter quand on ne l’entendait pas. Alors Lulla était peut-être creepy, parfois aussi ennuyeuse qu’un épisode de Derrick et Shane avait parfois envie de lui fourrer la tête dans les toilettes pour lui apprendre la vie – ce qu’elle ne se privait pas de faire, en fait -, mais il n’y avait qu’elle et juste elle. Deux. Shane passa lentement derrière la petite Lulla, absorbée dans la contemplation d’un chat ou du moins ce qu’il en restait. Un Elle posa en douceur ses mains sur les oreilles de la blonde pour ne pas la perturber et enfouit son menton au creux de son cou, sa respiration calée sur la sienne, attendant patiemment que la détonation retentisse … BOUM.

En quelques années, Shane avait finalement trouvé un moyen infaillible pour qu’enfin on lui réponde. Elle écoutait de la musique à plein volume jusqu’à s’en saouler, parlait, hurlait, frappait et embrassait sans compter. Bref, elle faisait chier le reste du monde avec tellement de force que finalement, on lui rendait la pareille sans même se poser de question. Bien sûr, il y avait toujours des regards et quelques phrases malheureuses. On la trouvait stupide, immature, la plaignant facilement jusqu’à poser sur elle un regard empli de pitié. Mais elle s’en contentait. Une routine habituelle et tranquille s’était installée, du moins de leur point de vue. Le duo infernal continuait à assouvir une curiosité de plus en plus malsaine dans l’arrière-boutique, dans l’indifférence générale. Qui explosait le mieux, quand et comment ? Qu’y avait-il à l’intérieur ? Est-ce que ça crie encore si j’appuie là ?
Puis le quotidien s’était lentement laissé chambouler. La Vieille était morte. Et elle, elle avait tout juste 18 ans, des pétards plein les poches, incapable de regarder autre chose que le bout de ses pieds une fois arrivée dans l’église, ses doigts resserrés sur les plis de son t-shirt froissé. La mort lui paraissait à la fois fascinante et dérangeante, pour une fois. Habituellement elle n’y opposait qu’indifférence ou curiosité exacerbée. Mais là, quelque chose l’avait dérangée. Etait-ce parce que justement c’était la vieille et pas une autre ? Les mains enfoncées dans les poches, avachie sur le banc, Shane s’était simplement renfermée dans son coin et avait été bien trop occupée à remplacer chaque fin de prière par bite, cul, ou amen le whisky pour se soucier du reste du monde, pas même de Lulla.
Au sortir de l’église, il était venu leur parler. Pour leur annoncer simplement qu’il savait et qu’il avait le pouvoir. Il n’était ni beau ni intéressant, le débile dans toute sa splendeur. Mais il savait et cela suffisait à les mettre en danger. Shane avait échangé un regard entendu et méfiant avec sa demi-sœur et l’avait attiré dans un coin plus tranquille, derrière les jardins. Ils avaient discuté quelques minutes, elles placides mais sur la défensive, lui enflammé et sûr de son coup. Et l’homme s’était même senti en confiance, assez pour les menacer, leur lancer qu’il allait tout lâcher à la police ou une connerie du genre. La brune avait affiché une mine soucieuse et angoissée, le fixant d’un regard incendiaire, jusqu’à ce que la frêle petite blonde referme ses doigts sur la gorge du jeune homme tandis que Shane allumait une clope en observant la scène. Le coup partit tout seul en direction de ses bijoux de famille. De toute façon il n’en aurait plus vraiment besoin.
Il tomba au sol, plié pour protéger ce qu’il lui restait d’intimité, arrachant un sourire satisfait à la brune qui laissa à Lulla le soin de terminer le travail, craquant déjà sa première allumette et fouillant dans ses poches à la recherche du plus beau des feux d’artifices. Elle croisa le regard de sa cadette qui venait de se redresser, s’assura du bout du pied que l’inconnu n’était pas près de se relever puis ajouta au passage quelques coups dans sa belle gueule, histoire de.
Avec une lenteur méthodique, elle se pencha sur le corps immobile et entreprit de planter doucement quelques pétards aux endroits stratégiques. Nez. Oreilles. Bouche ? Allez, bouche. Un dans chaque poche. La braise de sa clope presque consumée vint embraser chaque mèche et elle rejoignit Lulla déjà en retrait, lui signant de se boucher les oreilles. Les yeux grands ouverts. BOOM
Premier meurtre mais pas dernier, assurément. Ce qui au départ n’était qu’un passe-temps malsain, une curiosité liée à une possible tare génétique et psychologique, était finalement devenu un business florissant. Shane avait étudié l’électronique avec application, passant ses diplômes avec brio. Bouche à oreille, hasard, rencontres et les contrats étaient tombés comme ça.
Après leur première expérience, le tandem prit le chemin de la fac, se fondant parfaitement dans le paysage d'un campus Américain au beau milieu de l'Utah. A ceci près que Shane n'étudiait pas pour avoir un avenir dont elle connaissait déjà les lignes. Mais pour faire des feux d'artifice.


« One thing monsters and humans have in common is the fact that they’re both capable of destruction. We all leave a ton of carnage in our wake. The hardest thing about knowing your capable of inflicting pain is constantly even trying to avoid such a thing. »

Les yeux de Shane parcoururent rapidement le contenu de l’enveloppe que tenait Lulla. Simple. Un nom, un visage et quelqu’un qui, dans quelques heures, ne serait plus grand-chose à part de la bouillie indéterminée. Un sourire passa sur les lèvres de la brune et elle entra en scène, pénétrant en trombe dans le café pour initier le traditionnel repérage. L’exercice, mainte fois répété, lui semblait facile tant elle le pratiquait depuis l’enfance, privée de son ouïe, elle furetait partout, observait et déduisait. Puis lisait sur les lèvres. Le type était chiant. Il fallait donc envoyer la Reine de chieuses. Puis il ne résisterait pas à Lulla. Personne ne résistait à Lulla. Sa cadette avait un charme qu’elle n’avait pas, elle, le bulldozer humain qui préférait coucher avec tout et tout le monde plutôt que s’adonner aux plaisirs du flirt. La chasse, c’était pour autre chose. Et puis la baise, c’était facile. Enfin passons. Miss Relou croisa son regard et se mit en chasse, son manuel de « Comment tuer quelqu'un en lui lisant deux mots » sous le bras (a.k.a philosophieàlacon).
Et quelques heures plus tard, le même homme était allongé sur le billard, nettement moins vivant que dans les scènes précédentes. Il est, enfin, était, plutôt bel homme, quand il n’avait pas encore les intestins à l’air libre et Shane en aurait bien fait son casse-croûte s’il n’avait pas été aussi relou. Du coup, elle l’avait bien volontiers laissé à Lulla qui préférait causer Freud plutôt que sexe. Bien que parfois, d’après ce que Shane savait, les choses semblaient se recouper légèrement. Enfin, bref, ça ne regardait que la relou si elle aimait bien baiser ses bouquins hein, chacun son orientation sexuelle. Découper, c’est aussi le truc de Lulla. C’est plutôt intéressant quand on y pense, mais Shane préfère quand ça fait du bruit, c’est vachement plus drôle.

Clope à la bouche, un sachet pour y glisser les mégots usagé à la main, un chrono dans l’autre pour le timing, moins de 120 minutes, elle observait sa cadette jouer à Docteur Maboul avec l’autre cadavre. Elles ont peu de temps, bien qu’il soit décédé depuis peu. Garder les organes en bon état étant une priorité, il serait préférable que la relou se hâte un peu et qu’elle fasse le moins de dégâts possible. L’ennui c’est qu’un macchabée ne bipe pas quand on fait une connerie.
L’idée fit sourire Shane, son mégot presque éteint entre les lèvres. Elle allait tendre la main pour s’en griller une autre lorsque le claquement de langue de Lulla lui signala que le jeu était fini et que c’était à elle d’entrer en scène. La glacière d’une main et sa mallette de l’autre, l’Américaine se rapprocha du corps sans vie et laissa à sa demi-sœur le soin de terminer les procédures médicales tandis qu’elle sortait son matériel. Leurs regards se croisèrent et Shane eut un sourire sincère avant d’entamer la dernière partie de l’opération. Un peu de C4 par là, quelques dispositifs électroniques qui se désagrègeraient dans l’explosion, une disposition parfaite qu’elle connaissait par cœur et qui ne laissait quasiment aucune trace. Ou presque. Pour elle, c'est quasiment un art, tout en son et lumière. Une musique brutale dessinant quelques sillons sanglant à l'horizon. Une oeuvre unique, à chaque fois.

A regret, Shane s’écarta après les derniers branchements. Elle aurait bien aimé rester mais ça n’aurait pas plu à Lulla, puis on les aurait aussitôt repérées. Alors elle embarqua sa cadette dans la voiture, un sourire toujours vague flottant sur ses lèvres, en partance pour de nouvelles destinations. Au loin, une explosion.

« One of mankind’s greatest abilities is the power to lie. Whether it’s for good or bad, profit or survival, we bend the truth. It’s a skill we pick up early and hone over time; pulling the wool over the eyes of our parents, our teachers, our boss … even ourselves. »

Un vol tranquille en provenance du Vieux continent, de France, selon toute vraisemblance, l'odeur de vase Parisienne qui hantait les narines de Shane et cette langue rapeuse flottant encore dans son esprit. Dernier vol France/Apocalypse mais ça, on ne les avait pas prévenues à l'avance. Si elles avaient su, peut-être auraient-elles continué à batifoler dans la Seine à poursuivre quelques victimes pour faire marrer ces débiles de Français en quête de frisson. Mais soit.
Le pied à peine posé sur le sol américain, le tandem avait rapidement constaté qu'une situation qu'elles savaient déjà étrangement précaire avait évolué et que ça n'allait manifestement pas aller en s'arrangeant.
Mais elles s'étaient adaptées progressivement, avec quelques difficultés à abandonner leurs anciennes activités bruyantes et beaucoup plus intéressantes. Elles avaient même dû ranger leurs cartes de presse, appareils photos et carnets respectifs, plus personne n'ayant besoin d'un tandem de journalistes sans frontières. Plus personne n'avait vraiment besoin d'organes en bon état non plus, d'ailleurs. Alors les activités avaient changé et évolué jusqu'à devenir un semblant de mercenariat.
Ca ne dérange ni Shane ni Lulla, de travailler pour les plus offrants pour des conneries ou quelque chose de bien plus sérieux. Après tout, les temps sont durs pour tout le monde et chaque camp serait prêt à payer le prix fort pour mettre la main sur ce qu'il désire. Elles ne font pas dans l'humanitaire, pas vraiment, mais c'est leur version de la survie.



Derrière l'écran

Je m'appelle [Lily] et j'ai [20 ans]. J'ai connu le forum grâce [une demande sur PRD et une réponse super méga rapide] et je dois dire que je le trouve [chouette]. Ce qui m'a poussé à m'inscrire, c'est [l'ouverture du contexte et les idées qu'il amène] et il faudrait améliorer [enlever le scroll du bas *pan*]. Je serai présent [4/7] et j'ai pris [Freja Beha Erichsen] comme avatar. Voilà, pour finir j'aimerais ajouter que [BOUM ! Like that !].


Si c'est un inventé →
Code:
[color=indianred]✖[/color] [b]Freja Beha Erichsen[/b] est [size=10]R. Shane Morgan[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Humains
avatar


« Mouzif »



⌿ RÉPLIQUES ENVOYÉES : 922

MessageSujet: Re: Shane ♣ Rise and shine, little bird    Ven 24 Aoû - 7:20

C'est con de pas aimer les fleurs et d'avoir ce don ^^ Enfin, au moins ça mérite d'être original : D Vu que je vous ai déjà à toutes les deux souhaité la bienvenue sur la CB je ne vais pas me répéter, juste dire que je te valide Tarzane (aa)


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Bienvenue sur TOD !
« Si vous parlez à dieu, vous êtes croyant. S’il vous répond c’est que vous êtes schyzo. »


Te voilà maintenant validé(e) ! Tu vas pouvoir faire deux ou trois trucs afin de pouvoir jouer dans les meilleures conditions, en voici donc la liste :

► Prends connaissance de l'intrigue en cours : [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
► Fais toi des amis : [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
► Demande un logement [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
► Demande une assignation pour un boulot dans ton camp : [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
► Si tu le peux et si tu le veux, fais remonter la pub sur Bazzart : GO !
► Et surtout n'oublie pas de venir délirer avec nous sur la ChatBox ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Invité »




MessageSujet: Re: Shane ♣ Rise and shine, little bird    Ven 24 Aoû - 10:48

HAN !! Freja ! Je voulais en faire un scénario pour ma colocataire fée accro au sexe XD Tu me dois d'ores et déjà un lien extra, eh eh
Je kif son caractère et je kif ta fiche d'une manière générale ! Bienvenue ici :casserole:
Revenir en haut Aller en bas


« Contenu sponsorisé »




MessageSujet: Re: Shane ♣ Rise and shine, little bird    

Revenir en haut Aller en bas
 

Shane ♣ Rise and shine, little bird

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» The Rise N'Shine Champion talks about his match against Dolph Ziggler
» The futur champion [Rise N'Shine n°1 match a KOTR]
» you make me shine ▲ shane
» Shane Carrick [Terminée]
» [réservée]Le secret du Black bird...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Time Of Dying :: ils nous ont quitté-