Partagez | 
 

 TCB. Taking Care Of Business |UC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


« Invité »




MessageSujet: TCB. Taking Care Of Business |UC    Mer 6 Juin - 10:26


Ilnaja Nemanja Ëre

« Time Is Running Out, Ghosts Keeping Alive »

Ft. Andrej Pejic





Tenace Taciturne Gentil Introverti Beau Egoïste Franc



Informations générales

Ω PRÉNOM(S) : Ilnaja Nemanja , Ω NOM(S) : Ëre , Ω AGE : Un peu plus de la vingtaine, lui-même ne le sait pas , Ω LIEU DE NAISSANCE : Albanie , Ω COTE COEUR : Forever Alone , Ω ORIENTATION SEXUELLE : Homosexuel , Ω PARTICULARITÉS : Ilnaja est un homme , Ω SIGNES PARTICULIERS : Il est parfois difficile de rater les blondes d'un mètre 87 , Ω TICS & MANIES : Il mange les peaux de ses ongles quand il est nerveux , Ω NATURE : Humain , Ω CAMP REJOINT : Camp Chiquita ( : D ) , Ω PARTI PRIS : Sa gueule


Caractère

ILnaja était quelqu'un de doux, de craintif, de relativement idiot parfois. Arraché à son pays et posé sur le trottoir, il ne s'était jamais senti à sa place. Toujours discret et silencieux, le blond n'avait pas fait d'émules jusque là. Il cherchait les autres prostituées qui avaient disparu. Jusqu'à ce jour où tout s'était écroulé. Il était passé de paria à comme les autres. Quand il s'agissait de survivre, le blond était plutôt doué. Il voyait tomber autour de lui tout ceux qui avaient autrefois réussi, s'étaient empâtés et s'étaient crus invincibles car un gros chiffre s'affichait virtuellement, ce chiffre qu'était leur compte en banque. Les choses avaient collapsé. Etre patron n'avait pas plus de sens qu'être un prostitué travesti albanais.
Depuis, en ces temps de crise, Ilnaja s'est raffermi. Il est plus directif, mais surtout il se protège avant tout. Fuir plutôt que de se battre, courir le plus loin et le plus vite possible, emprunter les chemins les plus sales mais surtout les plus déserts. Il est désormais quelqu'un d'accepté, puisque tout le monde est tombé au même niveau. Nul besoin de rester discret, de se cacher désormais.
Apocalypse now

Ilnaja était très croyant depuis son plus jeune âge. Son monde a déjà été bouleversé quand il a été pris en Albanie et ramené en américaine. L'apocalypse l'a, comme tout le monde, effrayé. Il a d'abord cru que cette fois ci il allait mourir mais en vérité ce n'est pas le cas. Il s'est rapidement endurci et a su faire de ses années galère un atout pour ses années survie. Il est plutôt bon à ce jeu là et ne se soucie que de lui ou presque. Il pense que tout ça est une action Divine et qu'il faut avoir confiance en l'avenir même si ce dernier est de plus en plus sombre.

Ilnaja est très impliqué dans les traffics divers. Ayant compris le filon il a su d'abord exploiter son corps, puis les armes et les denrées, il est aujourd'hui très bien armé et possède même quelques graines et d'autres choses à cultiver. Il sait également chasser mais son principal atout est l'observation. Il est très discret et est généralement l'éclaireur. Il s'arme parfois d'artillerie lourde mais privilégie les armes silencieuses... dont l'arc. Il aime prendre part au combat de masse mais préfère de loin les missions de reconnaissance et cartographie du terrain. Il est également plutôt ingénieux dans l'art des pièges et de la protection du camp. Ayant pris l'habitude à New York, un changement de décor ne le formalisera pas plus que ça , il sait aujourd'hui s'adapter à de nombreuses situations. S'il se bat c'est parce qu'il pense que les créatures de l'enfer doivent y retourner, au nom de Dieu.


Once upon a time



Ilnaja termina sa couture. Transformer un ensemble de lingerie fine en réservoir pour cartouche de fusils à pompe était entré dans le domaine du banal. Une petite rousse à la jambe de bois lui envoya un sourire vermeille pour le féliciter. Il reposa les coudes sur ses genoux et la regarda un moment avant de glisser la jarretière sur sa cuisse. Quelques boîtes de conserve traînaient sur une étagère dégueulasse, il en saisit une en marchant jusqu'à la fenêtre. Le monde pouvait s'effondrer, le mal s'installer, les enfers jaillir sur terre ou même y avoir une descente divine, une chose ne changerait jamais. Les putes survivaient toujours. Et elles étaient toujours aussi reconnaissables malgré une apocalypse. Voir deux. Elles marchaient dans la rue d'un pas lent, ondulant leurs hanches moulées dans de complexes assemblements de résille et de pièces de plastique, de fer, de plaques protectrices et parfois de membres factices. Mais elles n'allaient pas les mains vides. Elles étaient armées, et jusqu'aux dents. Peu de factions en ville pouvaient se vanter d'être aussi fournies au niveau des munitions.

Ilnaja ne connaissait pas très bien New-York, cela faisait à peine 2 ans et demi qu'il y avait établi ses quartiers. En revanche il avait bien vite enregistré le fait qu'ici on se battait. On se battait avec toute sa rage, la vie était solidement implantée. Cette vague de mort, de zombies et d'autres fantaisies qu'on avait établies comme imaginaires et irréalisables n'avaient pas pour autant réussi à exterminer la race humaine. Et dans ce malheur général Ilnaja n'avait rien dit. Qu'y avait-il à dire après une vie de prostitution, de fuite et de peur ? Il avait déjà vécu un début d'existence de merde et dans la merde, le degré de noirceur de cette dernière était un détail. Que tout le monde y soit subitement plongé en revanche... C'était là la majeure différence. Il avait vu les banquiers mourir, les systèmes s'effondrer, la police et le gouvernement avec. Certain étaient tombés de très haut, lui d'une marche de trottoir. En tout cas ils étaient tous dans le même caniveau. Et les prostituées s'étaient jetées sur le commerce souterrain. Le sexe avait amené de petites armées troquées contre des moyennes et ainsi de suite. Elles vendaient leur corps pour quelques munitions, dominaient le secteur de leur ville.

Avoir trois boites de raviolis par semaine était un grand luxe, et il était leur. Celles qui avaient dû un jour se cacher de la police, être regardées de haut, méprisées par leurs propres clients et parfois maltraitées, celles là même qui disparaissaient sans faire de vague, qu'on violentait en sachant qu'elles ne diraient rien, cette armée même était une des plus respectées. Car même une apocalypse offrait des opportunités.

Ilnaja s'empara d'un de ses fusils et retourna vers son sac à moitié fini. Quelques filles rôdaient dans le coin et le regardaient faire. Elles étaient habillées de façon si criarde qu'elles apportaient à elles-seules la touche de soleil dont tous avaient besoin en des temps pareils. Le blond jeta quelques pots d'oxydant et de décolorant dans le tas impressionnant d'armes qu'il avait réussi à amasser. Car fin du monde ou pas il tenait à ses cheveux peroxydes. Il ajusta son short à sa taille et s'assit pour un rituel bien particulier. Pour protéger son corps on pouvait se forger des armures avec des plaques de tôles, mais ça n'était pas vraiment maniable. Quelques uns avaient déjà fait des armures entières mais s'étaient retrouvés entassés de créatures dont ils avaient difficilement - ou pas- échappé. Ilnaja avait besoin de pouvoir courir, ses jambes kilométriques n'étaient pas qu'un avantage pour séduire, elles lui avaient sauvé la vie à de nombreuses reprises. Sauf une fois, avec un certain loup garou. Heureusement ce dernier l'avait miraculeusement épargné.

Le blond se pencha et attrapa une lanière de cuir de plusieurs mètres de long. Le cuir était fin, tanné et bien travaillé. Il coincé le bas de la lanière sur une des boucles de sa bote et commença a remonter en l'entourant le long de ses jambes. Il fallait que les tours soient assez espacés, pas trop serrés afin de ne pas l'entraver. En revanche aucunes dents n'avaient jusque là réussi à passer au travers de plusieurs épaisseur de cuir aussi fin soit-il. Il répéta l'opération pour son autre jambe et ses bras, lui donnant presque des allures antiques. On l'avait une fois comparé à la déesse de la chasse. Ce qui marchait quand on remplaçait les arbres par des buildings désaffectés.

Il était prêt. Il adressa un petit signe de têtes aux filles qu'il croisa dans la rampe d'escalier, son sac sur l'épaule droite. Son ipod crachotait encore de la musique, rechargé grâce à une batterie autonome. Un vieux truck attendait les quelques voyageurs qui quittaient la ville. Le prostitué sauta à l'intérieur et ajusta ses oreillettes, calant son sac sous lui pour dormir dessus. Le truck devait faire deux arrêts, un à Detroit, un à Chicago et ensuite remonter en Alaska, où l'on disait que les choses étaient un peu plus calmes. Il cala un peu de pâte à mâcher et croisa les bras, regardant les deux autres personnes. Une petite brune sans rien, en haillons, regardait droit devant elle en serrant une petite croix en argent dans sa main droite. Un autre type portait une mitraillette autour de son cou, et rien d'autre. Si ils avaient su ce que le jeune blond cachait dans son sac, il y auraient probablement eu un massacre dans le truck. Mais rien de tout ça n'arriva.

Detroit était la même. Moche. Ilnaja chercha dans une de ses poches s'il lui restait un peu de tabac et le laissa tomber dans le creux de sa mitaine pour le rouler. Il devait bien y avoir deux ou trois personnes qu'il avait connues. Peut-être qu'en fait tout le monde était mort. La ville était effrayante, même de loin. On disait que le pire était ici, qu'il se tapissait dans chaque ombre. Pour y avoir vécu plus de 20 ans, Ilnaja était assez intelligent pour contourner le coeur de la cité, passant par de pénibles lotissements déserts. Il n'y avait pas âme qui vive mais on ne pouvait passer à côté de la sensation d'être épié. Le blond pressa le pas au point de finir par courir à petites foulées, sentant son sac empli d'armes frapper ses omoplates. L'habitude lui avait une endurance qu'il avait bien pris soin d'entretenir. Aussi, lorsqu'un bruit se fit entendre, il se mit en tête de faire le sprint le plus efficace de toute sa courte existence





Derrière l'écran

Je m'appelle Manon et j'ai fraîchement 20 ans. J'ai connu le forum grâce a avant et je dois dire que je le trouve comme avant en pas pareil. Ce qui m'a poussé à m'inscrire, c'est de retrouver les vieux et il faudrait améliorer mes chaussettes. Je serai présent aléatoirement et j'ai pris Andrej Pejic comme avatar. Voilà, pour finir j'aimerais ajouter que faire un big up.


Si c'est un inventé →
Code:
[color=indianred]✖[/color] [b]ANDREJ PEJIC[/b] est [size=10] Ilnaja Ëre[/size]


Dernière édition par Ilnaja Ëre le Dim 10 Juin - 12:16, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Humains à don
avatar






On a probablement tort de penser qu'il peut y avoir une limite à l'horreur que peut éprouver l'esprit humain. Au contraire, il semble qu'à mesure que l'on s'enfonce plus profondément dans les ténèbres de l'épouvante, une espèce d'effet exponentiel entre en jeu.

⌿ RÉPLIQUES ENVOYÉES : 491
⌿ IN MY HEART : du sang, comme tout le monde, et puis... mais nan.

MessageSujet: Re: TCB. Taking Care Of Business |UC    Mer 6 Juin - 10:52

Tu sais déjà ce que je pense de ton retour parmi nous ♥️
Au moindre besoin, tu connais la maison, le staff est à ta disposition ! Good luck pour ton reboot de fiche, j'ai grandement hâte de la lire :han:
[et puis ton avatar avec Skip the Use quoi ♥️ ]

∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Coldfire.
When the joys of living just leave you cold, frozen from the failing mess you've made your own and if you want an ending to your screenplay life well here's the consolation that will change your heart and mind. IAMX
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phénix
avatar





« En te levant le matin, rappelle-toi combien est précieux le privilège de vivre, de respirer, d'être heureux. »
⌿ RÉPLIQUES ENVOYÉES : 121
⌿ IN MY HEART :

MessageSujet: Re: TCB. Taking Care Of Business |UC    Mer 6 Juin - 13:11

Ravie de te revoir Smile

∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞ ∞
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Itaque tum Scaevola cum in eam ipsam mentionem incidisset, exposuit nobis sermonem Laeli de amicitia habitum ab illo secum et [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]cum altero genero, C. Fannio Marci filio, paucis diebus post mortem Africani. Eius disputationis sententias memoriae mandavi, quas hoc libro exposui arbitratu meo; quasi enim ipsos induxi loquentes, ne 'inquam' Quam ob rem vita quidem talis fuit vel fortuna vel gloria. eam ipsam mentionem incidisset, exposuit nobis sermonem Laeli de amicitia habitum ab illo secum eam ipsam mentionem incidisset, nobis sermonem.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Invité »




MessageSujet: Re: TCB. Taking Care Of Business |UC    Mer 6 Juin - 13:13

Contente de voir que tu es revenue ♥️ Comme l'as dit l'admin shooté aux amphèt', tu connais la maison :sheep:
Revenir en haut Aller en bas


« Invité »




MessageSujet: Re: TCB. Taking Care Of Business |UC    Mer 6 Juin - 13:15

Merciiiiii <3
Revenir en haut Aller en bas


« Invité »




MessageSujet: Re: TCB. Taking Care Of Business |UC    Dim 10 Juin - 11:09

double post paske j'ai finiiiii
Revenir en haut Aller en bas
Humains
avatar


« Mouzif »



⌿ RÉPLIQUES ENVOYÉES : 922

MessageSujet: Re: TCB. Taking Care Of Business |UC    Dim 10 Juin - 12:01

J'aime bien ta fiche : ) Le truc c'est que le caractère colle pas trop avec le Camp Chitaqua ; eux ils sont plutôt volontaires, ils vont au combat et tout, Naja c'tout le contraire ... Donc il irait plutôt dans le Wood Camp, surtout si il se protège avant de protéger les autres ; )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Invité »




MessageSujet: Re: TCB. Taking Care Of Business |UC    Dim 10 Juin - 12:08

disons que je le pensais impliqué de manière plus discrète mais quand même combattant, il se battait à NY même si c'était pas organisé de la même façon. Il fait pas mal de traffic aussi avec les armes et les denrées XD bref si tu veux je peux le noter dans ma fiche Smile

Et merci pour le compliment Smile
Revenir en haut Aller en bas
Humains
avatar


« Mouzif »



⌿ RÉPLIQUES ENVOYÉES : 922

MessageSujet: Re: TCB. Taking Care Of Business |UC    Dim 10 Juin - 12:10

Oui note le stp parce que là je peux pas te mettre à Chitaqua, le profil colle pas : P Dis-moi quand c'est bon ; )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Invité »




MessageSujet: Re: TCB. Taking Care Of Business |UC    Dim 10 Juin - 12:17

J'ai fait un ajout dans Apocalypse Now pour définir son rôle gros : D
Revenir en haut Aller en bas
Humains
avatar


« Mouzif »



⌿ RÉPLIQUES ENVOYÉES : 922

MessageSujet: Re: TCB. Taking Care Of Business |UC    Dim 10 Juin - 12:19

Ca me va alors : )


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Bienvenue sur TOD !
« Si vous parlez à dieu, vous êtes croyant. S’il vous répond c’est que vous êtes schyzo. »


Te voilà maintenant validé(e) ! Tu vas pouvoir faire deux ou trois trucs afin de pouvoir jouer dans les meilleures conditions, en voici donc la liste :

► Prends connaissance de l'intrigue en cours : [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
► Fais toi des amis : [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
► Demande un logement [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
► Demande une assignation pour un boulot dans ton camp : [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
► Si tu le peux et si tu le veux, fais remonter la pub sur Bazzart : [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
► Et surtout n'oublie pas de venir délirer avec nous sur la ChatBox ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


« Contenu sponsorisé »




MessageSujet: Re: TCB. Taking Care Of Business |UC    

Revenir en haut Aller en bas
 

TCB. Taking Care Of Business |UC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Takin' care a business
» Présentation de la Ligue-1-foot-business-couleur-orange
» Taking the hobbits to Isengard ! [PV Evan]
» 03. We don't care about our bad intentions
» Astrid ▽ I love gossip and I don't really care about the environment.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Time Of Dying :: ils nous ont quitté-