Partagez | 
 

 Anastasia ϟ Il y a deux manières de prendre la femme: par la taille et par les sentiments.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


« Invité »




MessageSujet: Anastasia ϟ Il y a deux manières de prendre la femme: par la taille et par les sentiments.   Jeu 17 Mai - 5:45



❧ Anastasia Bérénice de Sancé

feat Olivia WIlde





PRENOM(S) : Anastasia Bérénice
NOM(S) : de Sancé
SURNOM(S) : Ana'
AGE : 27 ans
LIEU DE NAISSANCE : Détroit
SITUATION AMOUREUSE: Amoureuse
ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuelle
PARTICULARITÉ : Elle a donné naissance à une petite fille, il y a un an et demi.
SIGNES PARTICULIERS : Un tatouage sur l'épaule droite et une cicatrice sur le mollet droit également
TICS, MANIES : Elle soupire énormément, elle passe souvent ses doigts dans ses cheveux, elle mange beaucoup de bonbon à la mélisse, elle tape du pieds quand on la fait trop patienter
SECRET : Elle est atteinte de deux maladies: l'hémophilie et atteinte d'ICD, incompatibilité congénitale à la douleur.
NATURE : Basnhee
CAMP REJOINT : Camp Chitaqua
PARTI PRIS : Bien

« L’humanité doit mettre fin à la guerre, ou la guerre mettra fin à l’humanité. »
© Bazzart/tumblr


Caractère
Drôle, Sympathique, Agaçante, Souriante, Amusante, Angoissée, Colérique, Joueuse, Jalouse, Réaliste, Râleuse, Optimiste, Bavarde, Comique, Fatigante, Lunatique, Naturelle, Attachante, Sociable, Contradictoire, Originale, Superstitieuse, Perfectionniste, Déjantée, Bordélique, Farceuse, Gaffeuse, Habile, Hallucinante, Ironique, Provocatrice, Sarcastique, Bornée, Incontrôlable, Subtile, Courageuse et Violente.
Apocalypse now
Tout à bien changé pour Anastasia en deux ans. Ce ne fut pas toujours facile, la jeune femme a plus d'une fois essayé de trouver sa place mais c'est fait, elle sait aujourd'hui où aller et quoi faire. Il ne faut pas croire que se fut facile tous les jours. Anastasia a très mal vécu les changements qui se sont fait du jour au lendemain. Elle déteste cela. Mais aujourd'hui, elle est moins traumatisée. Elle a même décidé de reprendre du poil de la bête et de se battre. Hors de question pour elle que de lâcher prise et de recouler. Elle veut se battre pour la victoire, pour le bien de l'humanité. C'est pour cela qu'elle n'a pas hésité à rejoindre le camp Chitaqua malgré sa maladie. Elle sait que quoi qu'elle fasse, elle finira par mourir un jour ou l'autre et elle se dit que mourrir pour le bien est une belle mort.


Once upon a time


Je n'arrivais pas à dormir. J'entendais mes parents se disputer à cause d'un nouveau retard de la part de papa. Ce dernier était encore une fois rentré à plus de minuit et en plus, il sentait l'alcool et le parfum de femme. Et maman, extrêmement jalouse, ne pouvait pas le supporter. Et elle le faisait savoir en s’époumonant dans la maison alors que j'essayais désespérément de dormir car j'allais à l'école le lendemain. Tout comme mon frère jumeau, avec qui je partageais la chambre... Et le lit quand mes parents hurlaient ainsi. Les murs n'étant pas très isolés, j'entendais tout ce que ma mère demandait à mon père.

"Et elle ressemble à quoi cette petite garce?
- Qu'est ce que cela peut te faire? Ce n'est plus un problème maintenant.
- Oh si c'est un problème et un gros! N'oublie pas, Ludwig de Sancé, que quand tu m'as épousé, tu m'as juré fidélité. Ce que tu viens de faire à cette traînée serait suffisant pour que je demande le divorce.
- Tu veux vraiment savoir ce que j'ai fait avec cette fille? Et bien tu vas le savoir!"

J'entendis la porte de la cave s'ouvrir puis se refermer. Et soudain, le silence se fit dans la maison. J'allais enfin pouvoir me rendormir. Pas un seul instant je n'imaginais ce qu'il se passait dans la cave. Pour moi, mon père était parti faire des bisous à ma mère pour la calmer... Quelle petite chose naïve je faisais. Alors que j'allais surement me rendormir, un cri se fit entendre dans toute la maison. Je me serrais un peu plus étroitement contre mon frère, ne sachant pas à quoi correspondait ce cri. Dans mon esprit, papa avait du faire quelque chose à maman qui avait surement du lui plaire. Je ne savais pas à quoi ressemblait un hurlement de douleur, mon père n'ayant jamais frappé ma mère malgré les disputes.

Je me tournait avec Alex et posais ma tête contre son épaule. J'aurais tellement voulu que papa passe plus de temps avec nous, qu'il arrête de sortir le soir avec d'autres femmes et surtout, qu'il nous sert Alex et moi dans ses bras. Il n'avait jamais eu un geste de tendresse autre qu'un baiser sur le front pour mon frère et moi. Maman était une femme tout ce qu'il y avait de plus tendre mais papa... La porte de la cave se rouvrit et des pas vinrent jusqu'à notre chambre. Me redressant dans le lit, je vis papa entrer dans la pièce.

"Papa... Elle est où maman?
- Elle est en bas. Tu veux venir lui faire un câlin?
- Oui!!
- Nan! C'est moi qui vais y aller!"

La voix qui venait soudain de s'élever, c'était grande soeur. La première née de l'union de papa et maman. Anya de Sancé... Oui, nos parents étaient très fan de la lettre A. Je me tournais vers Anya, me demandant pourquoi elle voulait aller voir maman alors qu'elle lui avait déjà fait un câlin ce soir.

Papa n'alluma pas la lumière et je vis maman dans la pénombre. Elle gémissait plus qu'elle ne parlait et elle regardait papa avec une lueur horrifiée dans le regard. Ce dernier tendit alors quelque chose à ma soeur. A la lumière de la pleine lune qui s'écoulait à travers la lucarne de la cave, elle reconnut un couteau. Papa demanda alors à Anya de taillader le visage de maman, argumentant qu'elle avait une substance imitant la peau pour son masque Halloween. Nous aimions fêter Halloween et la fête était pour dans 3 jours alors Anya ne s'était pas posé de question. Et puis, elle était plus grande que nous et elle savait parfaitement que ce que papa disait était faux. Soudain, papa se glissa derrière Anya et l'aida à enfoncer le couteau dans la poitrine de maman. Là aussi il dit que c'était pour son déguisement d'Halloween. Anya le savait, elle venait de tuer maman. Mais pour elle, elle avait quand même fait une bonne action en descendant dans la cave: elle avait protégé Alex et moi même. Elle remonta alors qu'Alex et moi nous étions finalement endormis. Elle nous serra dans ses bras et alla prendre une douche. Le lendemain, notre père nous déposa devant l'école, en pyjama, toujours tâché du sang de notre mère. Je n'apprendrais jamais ce qui c'est passé ce soir là, dans cette cave, ma grande soeur et Alex s'étant donné le mot pour que je ne sois jamais au courant.

(...)

Anya, Alexandre et moi, nous fûmes confié à l'assistance publique le temps de trouver une famille qui accepterait de nous prendre tous les trois. Car Anya avait parfaitement refusé d'être séparée de moi et Alexandre. Et nous refusions d'être séparés de grande soeur. Ils avaient bien essayé de nous mettre dans deux familles différentes mais les crises de larmes et de cris les en avaient dissuadé. En enfin, l'assistance publique nous trouva une famille d'accueil parfaite. Un couple qui ne pouvait pas avoir d'enfants et qui avait une maison suffisamment grande pour mon frère, ma soeur et moi même. Notre arrivée dans la demeure ne fut pas aisé. J'eus du mal à accepter l'autorité de ce couple alors que j'attendais le retour de ma mère, partit de par le monde pour travailler. C'était l'excuse que mon jumeau et ma soeur avait trouvé pour expliquer l'absence de ma mère. Mais finalement, j'acceptais d'obéir à ce couple quand ils m'aidèrent à accepter l'absence de mes parents.

Nous fûmes gâter, presque pourrie gâter. Mais l'absence de nos parents biologiques nous empêcha de prendre la grosse tête. Le couple était au courant de ce que ma famille avait subit et ils se disaient que nous gâter était un bon moyen d'effacer les traces mentales du traumatisme, surtout pour ma soeur Anya, victime de terreur nocturne. Nous avions chacun notre chambre mais nous dormions toujours tous les trois dans un même lit, serrés les uns contre les autres. Avec le temps, Alex et moi avons réussi à nous séparer d'Anya quand cette dernière a du partir pour ses études. Elle est partie vivre à New-York pour faire des études de droits et Alex et moi sommes resté vivre à Détroit avec notre famille d'adoption. Pendant ce temps là, Alex et moi, nous avons essayé de vivre normalement. Mais Alex savait ce que notre père avait fait à maman. Ayna le lui avait dit quand elle avait du partir pour New-York. Elle lui avait fait promettre de ne rien me dire pour ne pas me traumatiser. J'avais toujours eu un mentale plus fragile que celui de mon frère et encore plus fragile que celui de notre soeur aînée. Rien que l'absence de ma mère m'avait profondément déprimé mais ma deuxième mère faisait tout pour me changer les idées. Mais jamais je n'ai oublié ma première mère même si son absence a fini par devenir tolérable.

Avec le temps, je me suis découverte une passion: la chirurgie. Un soir, j'avais fait une soirée patinoire avec des copines, indifférente aux conseils de mon frère qui me disait de faire attention. Après lui avoir lâché un "t'es pas mon père tu sais?", je courus rejoindre mes amies. La soirée se passa bien jusqu'à ce que je ne tombe après que mon patin se soit coincé dans une rayure. Résultat: fracture du tibia. Une fois à l'hôpital, je fis la rencontre d'un homme qui s'occupa très bien de moi. Ce fut lui qui me donna sa passion de la chirurgie. C'est grâce à cet homme si je suis aujourd'hui interne en chirurgie à l'hôpital de Détroit.

(...)

Beaucoup pense que je suis normale mise à part mes deux maladies génétiques. J'étais déjà poissarde dans le ventre de ma mère, que voulez vous... Mais je ne suis pas humaine. Personne dans ma famille n'est humain. Enfin, Alex et Anya ne sont pas humains. Nous sommes des banshees, des êtres de légendes. On parle de nous dés la mythologie grecque, avec les femmes criants autour des cercueils des morts lors de la marche funéraire jusqu'au tombeau. Mais nous ne sommes pas des légendes et cela ne marche pas tout à fait comme cela. En fait, nous ressentons la mort des personnes qui nous entoure quand cela se produit. Alors, un cri irrépressible envahit notre gorge mais il est affreusement douloureux pour les mortels alors nous faisons notre possible pour le réprimer. Mais il ressemble à une douce mélodie pour les banshees masculins.
Dire que j'aime ma condition de Banshee serait... Un doux euphémisme... Je la déteste oui! Que voulez vous que je vous dise de plus? Il n'y a pas grand chose à rajouter à vraie dire...

(...)

Je regardais les gens autour de moi, indifférente à ce qu'ils se disaient ou à ce qu'il se faisait. J'étais perdue dans mes pensées, essayant de me souvenir de ma vie d'il y a deux ans. Difficile, tant de choses c'étaient passé entre temps pour que je réussisse à me souvenir de tout. Ma grossesse avait été une lourde découverte, un an et demi avant. Pour faire court, j'avais appris que j'étais enceinte le jour où j'avais accouché. Déni de grossesse m'avait on annoncé. A croire que j'étais pas assez bizarre comme cela... Et puis, tous les bouleversements qui ont suivis... J'avais confié ma fille à Euphorisia, lui demandant de veiller sur elle car là où j'allais, je ne voulais pas l'avoir avec moi. Et j'avais rejoints le camp des Chitaqua. Un camp armé et fortifié, capable de sauver l'humanité... Du moins, je l'espérais. Mais ma fille, mon frère et ma meilleure amie me manque. J'aimerais tellement les revoir. Au même instant, mon chef vint me voir: Dean Winchester, le frère de l'homme par qui le malheur est arrivé. Mais je ne lui en veux pas. Il n'est pas responsable de ce que son frère a fait. Ce qu'il voulait? Bonne question, il n'eut pas le temps de parler que nous étions attaqué par le Hell Camp, les hommes de Lucifer. Une nouvelle bataille vit alors le jour, avec ses morts et ses victoires.


Je suis Dori


Je m'appelle Marianne et j'ai 21 ans. J'ai connu le forum grâce à Euphorisia et je dois dire que je le trouve Super méga claquant. Ce qui m'a poussé à m'inscrire, c'est ahah... J'y ais été forcé T-T xD et il faudrait améliorer rien de chez rien. Je serai présent 7j/7 (sauf jusqu'au mois de Juin où je suis en stage) et j'ai pris Olivia WIlde comme avatar. Voilà, pour finir j'aimerais ajouter que Je vous n'aimes mes loulous xD.



Revenir en haut Aller en bas
Humains
avatar


« Mouzif »



⌿ RÉPLIQUES ENVOYÉES : 922

MessageSujet: Re: Anastasia ϟ Il y a deux manières de prendre la femme: par la taille et par les sentiments.   Jeu 17 Mai - 7:34

J'adore ta nouvelle fiche *.* Ton insensibilité face à la douleur serait très pratique même si le côté hémophile pose un soucis XD Mais bon, le caractère, la vision de comment tout c'est passé colle bien au style de vie du camp donc c'est bon. Je t'ajoute dans ton nouveau groupe et pense à modifier ton ou tes scénarios ainsi que ta fiche de liens et les liens qui auront évolués en deux ans. Envoie moi un MP quand c'est bon ; )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Anastasia ϟ Il y a deux manières de prendre la femme: par la taille et par les sentiments.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Aros Blackslach...le drow maudit [Assassin Voleur]
» TAL&NATE ♥ "Pour un flirt avec toi, je ferais n'importe quoi. Pour un flirt ... avec toi ..."
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Time Of Dying :: ils nous ont quitté-